La fibre urbaine : Le calendrier

Passant,
regarde ce grand arbre et à travers lui
il peut suffire.
Car même déchiré, souillé, l’arbre des rues,
c’est toute la nature,
tout le ciel,
l’oiseau s’y pose,
le vent y bouge, le soleil
y dit le même espoir malgré la mort.
Philosophe,
as-tu chance d’avoir l’arbre
dans ta rue,
tes pensées seront moins ardues, tes yeux plus libres,
tes mains plus désireuses
de moins de nuit.
-Yves Bonnefoy-

La fibre urbaine : Le calendrier